Je publie (enfin) mon premier roman !

Bonjour à toutes et tous,


Après de nombreux mois où mon blog a été laissé à la dérive, quelle meilleure raison que la sortie de mon premier roman auto-édité pour relancer la machine ?


Aujourd'hui, je vais donc vous en dire un peu plus sur le cheminement qui m'a mené à la publication de mon roman "Promis, j'arrête de rêver" !


Tout d'abord et évidemment, les livres... Je suis depuis aussi longtemps que je me souvienne une lectrice passionnée. Je n'ai jamais connu de maison sans étagères bourrées de livres et de table de chevet sans une montagne de romans. Quand d'autres enfants allaient affronter les affres d'une vie sociale, moi je me réfugiais sans remords dans les aventures de Harry Potter ou je me plongeais avec moult soupirs extatiques dans l'histoire d'amour d'Elizabeth Bennet.


Toute ma vie de lectrice, j'ai enchaîné les romans, les pièces de théâtre, les bande-dessinées, les mangas.. Je me suis nourrie à base de Molière, Marcel Pagnol et Jane Austen tout en adorant me plonger dans une belle comédie romantique où les héroïnes finissent toujours par rencontrer l'homme idéal (si possible en le percutant par le plus grand des hasards à la détour d'un couloir ou d'une sortie d'ascenseur).


Mais en parallèle, il y avait aussi l'écriture... Comme la lecture, cette activité m'a suivie depuis l'enfance. En témoigne ma collection de carnets multiples et variés que je ne peux m'empêcher d'accumuler au fil des années.Que ce soit mes pensées, des débuts d'histoires ou des dialogues, j'ai toujours eu un petit carnet en cours où je pouvais m'évader quand mes congénères me sortaient un peu trop par les yeux. Oui, clients de magasins détestables et patron irascible, c'est à vous que je m'adresse...


J'avais comme beaucoup le rêve ultime de publier mon roman et de devenir la nouvelle J.K Rowling française (le réalisme n'a jamais été mon point fort). Et puis avec le temps, je me suis rendue compte que le plus important pour moi étaient de parvenir à partager les histoires nées dans un recoin de mon imagination à des lecteurs et des lectrices aussi amoureux des mots que je pouvais l'être.


Mais revenons un peu à ce premier roman. Mon petit bébé à moi. Mon "Promis, j'arrête de rêver".


L'histoire de Marion, je la porte en moi depuis longtemps (toujours ?) et j'ai commencé à l'écrire il y a maintenant pratiquement dix ans. J'entrais fraîchement dans la vingtaine et je m'étais lancée le défi d'écrire un roman. Et comme, je n'avais strictement aucune idée de ce que je faisais (et que j'ai toujours trouvé très drôle de me lancer des challenges impossibles), j'avais décidé à l'époque de ne pas écrire l'histoire d'une héroïne mais de quatre... (la mesure n'est pas non plus à noter dans mes qualités premières). Ainsi donc, quand j'ai commencé ce manuscrit, il ne s'agissait pas seulement de Marion, mais aussi de Sophie, Nina et Louise. Quatre histoires croisées qui ont fini par faire fumer mon cerveau et m'ont conduite à laisser ce texte dans un sous dossier abandonné de mon disque dur.


Mais, mes neurones reprenant parfois le dessus, je revenais sans cesse à ce texte (environ une fois tous les trente-six du mois...). J'avais beau commencé des dizaines d'autres histoires, il n'y avait rien à faire. Je n'arrivais pas à abandonner cette histoire. Et plus précisément l'histoire de Marion qui occupait bon nombre de mes pensées d'écriture.


J'ai donc décidé de me concentrer sur son histoir