Sparrow, Jack Sparrow !

16 Jul 2017

Pirates des Caraibes - La vengeance de Salazar de Joachim Rønning et Espen Sandberg

 

Synopsis :

Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…

Avec ce cinquième opus, on retrouve donc sans grande surprise le capitaine Jack Sparrow.

 

Je vous entends d'ici... Encore !? Et on peut effectivement s’interroger sur la pertinence de ces suites à rallonge...

 

Mais personnellement, j'étais plutôt enthousiaste à l'idée de retrouver ce pirate excentrique. Quand bien même il a fait le tour de lui-même depuis un certain temps (au sens propre comme au figuré).

 

 

Et petit détail qui a son importance, dans cet opus, vous pourrez retrouver avec plaisir (ou pas) la suite de l’intrigue de la trilogie originelle. Késako ? Mais si, rappelez-vous, l'histoire tournait principalement autour des amours contrariés du beau Orlando Bloom et de l’agaçante Keira Kgnithley (aucun jugement de valeur mais il y a juste des visages qui nous crispent sans raison, non?).

 

Ici, c’est leur rejeton, Henry, qui décide de sauver son papounet coûte que coûte. Ça vous rappelle un truc, non ? Eh oui, le personnage du fiston est un poil calqué sur celui-ci de son géniteur. N’écoutant que son courage, le jeune Henry courre au devant des ennuis, comme l’avait fait en son temps le jeune Will.


Sauf qu’aujourd’hui, Will a un peu la tete d’un bernard lermite. Et je ne sais pas si vous situez le physionomie d’un bernard lhermite mais ça calme niveau sex appeal…

 

Bref, je m’écarte du sujet !

 

Donc, si le quatrième volet n’était pas vraiment nécessaire (celui avec la Fontaine de Jouvence, pour ceux du fond qui ont du mal à suivre), cette nouvelle suite permet de trouver une conclusion à la fin un peu WTF des premiers films. Et c’est déjà pas mal.

 

Mais le problème...  c’est que c'est à peu près tout !

 

Alors, bien sûr l'aspect comique et les personnages loufoques permettent de passer un bon moment. On s’amuse des travers de Sparrow et de son équipage de bras cassés mais de ce côté là encore, rien de bien nouveau ! Ça fait maintenant cinq films qu’on s’amuse, mais la licence n’évolue pas… Avouez que c'est ballot !

 

Si néanmoins la curiosité vous tenaille, vous aurez le plaisir de découvrir le jeune Jack Sparrow (autrement dit Johnny Depp avec un gros coup de jeune #mercileseffetsspéciaux). Pour les amateurs de 21 Jump Street, ça peut valoir le coup d’oeil...

 

Autre petit défaut (mais qui dure lui aussi depuis cinq films), j’ai toujours trouvé que les intrigues des Pirates de Caraïbes avaient d’incroyables longueurs et digressions. Si bien qu’il était plutôt coton de se retrouver dans tout ça. Ici, on reste sur cette constante, pas mal de longueurs et d’allers/retours non nécessaires.

 

Heureusement, le film a dégoté un méchant plutôt badass en la personne de Salazar, interprété par Javier Bardem. Si sa femme Pénélope Cruz, ne m’avait pas convaincu dans le quatrième volet, lui m’a arraché plus d’une grimace de dégoût… Le côté poulpe plein d’encre peut-être…. On ne va pas se mentir, ça joue forcément !

 

Comme dans le film de James Bond, Skyfall, Javier Bardem livre une prestation bluffante et incarne véritablement son personnage.

 

Et je ne peux pas finir cette chronique sans vous parler du personnage de Carina Smyth, joué par Kaya Scodelario. Jeune femme pleine de caractère et de courage, elle est surtout astronome et passionnée de science. Et c’est plutôt agréable de voir un personnage féminin dont on met en avant l’intellect, plutôt que son rôle de potiche ou de jeune fille en détresse (Coucou Keira!).

 

Alors voilà, si vous voulez du divertissement sans prise de tête, c’est un film à voir. Si vous souhaitez être supris, passez votre chemin, vous serez vraiment déçus pour le coup !

 

Note : 2,5 / 5

 

 

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Retrouve-moi sur :

Article Au Hasard

Je publie (enfin) mon premier roman !

1/2
Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

A bientôt !

TU VEUX ME POSER

UNE QUESTION ?

RUE CAMILLE

- BLOG -

Capture It

© 2014 RUE CAMILLE

Proudly created with Wix.com

 

Bonne

visite !