top of page

Que penser de F.R.I.E.N.D.S en 2021 ? (Saison 2 à 6)


Il y a quelques semaines, je vous ai partagé mes réflexions sur la première saison de F.R.I.E.N.D.S suite à mon re-visionnage (qui m’avait été inspiré par le podcast A.M.I.E.S).


En tant que jeune femme trentenaire, j’ai voulu déterminer si mon regard d’aujourd’hui avait fait évoluer l’opinion que j’avais d’une série que j’ai toujours aimé voir et revoir.


Dans cet article, je vais m’attacher aux aspects que j’ai relevés dans les saisons 2 à 6.


· Quelles mauvaises surprises pendant les saisons 2 à 6 ?


Le premier que j’ai noté est le traitement grossophobe du personnage de Monica, surtout pendant son adolescence, mais pas uniquement. Ces saisons vont utiliser plusieurs flash-backs ainsi qu’un double épisode imaginant une vie parallèle à nos six héros. Dans ces passages, Monica est montrée en surpoids. Si cela n’est en soi évidemment pas un souci, mais c’est davantage l’image qu’elle renvoie qui est problématique. Dans ces scènes, Monica a TOUJOURS de la nourriture dans la main. Comme si le surpoids n’était dû qu’à une alimentation excessive. Pire, son personnage est totalement obnubilé par la nourriture et n’a aucun autre centre d’intérêt.


Avec ce type de personnage, ce sont les pires clichés qui sont perpétués. Surpoids = manger avec excès. Cela peut être le cas bien sûr, mais il y a beaucoup d’autres origines à un problème d’obésité. Et le rapport à la nourriture est beaucoup plus complexe que juste « j’aime manger des gâteaux ». Il y a souvent un malaise et une relation compliquée avec la nourriture qui renvoient à beaucoup d’autres choses que l’unique gourmandise.


gif

De plus, même quand Monica n’est pas montrée en surpoids, son ancienne obésité et parfois son « addiction » à la nourriture est utilisée comme un running-gag (gag récurrent) à chaque saison. Par exemple : Ross mange vite parce que sans cela à l’adolescence, sa sœur ne lui laissait rien…


J’avoue que je n’ai jamais attaché trop d’importance au traitement du personnage adolescent de Monica, alors même que j’ai moi aussi des problèmes de poids. Pourtant cette fois-ci, en y prêtant attention, cela m’a sauté aux yeux. Une personne qui souffre de son surpoids peut être très blessée par ce genre de scènes où l’obésité est moquée et clairement dévalorisée.



Ce qui m’interpelle ici (au-delà de l’humour grossophobe), c’est surtout ma propre réaction. J’ai vu ces scènes des dizaines de fois et j’ai même souvent ri à des blagues que je juge grossophobes aujourd’hui. Pourtant, je n’ai pas découvert qu’elles étaient cruelles en 2021. Mais pendant ce visionnage que j’ai voulu « conscient », j’ai remarqué beaucoup plus de choses que pendant des soirées détente où je ne prêtais pas véritablement attention à ce que je regardais.


Et le problème est peut-être là. Quand on est devant une série comme F.R.I.E.N.D.S, on y cherche de la relaxation, du rire, des moments légers et sans prise de tête. Personnellement, avec ce type de sitcoms, je mets mon cerveau sur pause et je relâche juste la pression. Mais en même temps que je relâche cette pression, c’est ma vigilance que je laisse s’échapper. Je ne fais plus attention à des thématiques qui sont pourtant sensibles pour moi. Sous couvert d’humour, je ris de situations que je trouverais probablement très méchantes dans la vie réelle.


Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?


Évidemment, F.R.I.E.N.D.S ne m’a pas rendu grossophobe, mais à force d’engranger inconsciemment ce type de messages, qui peut dire l’effet que cela a sur nous ? Ne pourrait-on pas s’imaginer que notre société, à travers des séries totalement anodines comme des sitcoms humoristiques, puisse permettre de perpétuer des stéréotypes dommageables et insultants ? F.R.I.E.N.D.S est loin d’être la seule série à véhiculer ces idées préconçues, mais j’aime à penser qu’à présent, j’y ferais plus attention.

Concernant le personnage de Monica, un élément m’a profondément dérangé et plus encore que la grossophobie. Peut-être parce que c’était la première fois que je le relevais. Toute la trajectoire de Monica est dictée par son attirance pour Chandler. Dans l’épisode de Thanksgiving de la saison 5, il lui suggère de manière anodine (et davantage pour se débarrasser d’elle) qu’elle devrait être cheffe. Monica acquiesce aussitôt. Dans le même épisode, il se moque de son surpoids et la blesse profondément. Au Thanksgiving suivant, elle est devenue mince pour se venger de lui et des années plus tard, elle a embrassé une carrière de cheffe.


Ce qui est sous-entendu ici, c’est que son apparence actuelle, jusqu’à son travail, tout a été déterminé par un homme. Non pas parce qu’il lui a imposé quelque chose, mais parce qu’elle a voulu son approbation à se conformant à ce qu’elle imaginait être son idéal. Alors oui, je sais, je vais chercher un peu loin et je suranalyse probablement les intentions des scénaristes. Mais j’ai trouvé très déroutant que toute la trajectoire du personnage de Monica soit à l’origine d’une boutade de Chandler qui la dénigrait.


Je pense que le deuxième élément qui m’a le plus dérangé dans ces saisons est le rapport des femmes au mariage. Et notamment de Monica et Rachel. Que ce soit dans l’intrigue de la saison 3 (quand Ross se marie avec Emily) ou dans la saison 6 (où Monica prépare son mariage avec Chandler), la mariée se doit d’être au centre de tout. A priori, les femmes ont toutes unanimement envie d’un énorme mariage, de dépenser beaucoup d’argent pour celui-ci et de voir leurs quatre volontés exaucées.