Une beauté très bien cachée

28 Jan 2017

Beauté Cachée de David Frankel

 

Synopsis

Suite à une terrible tragédie, un publicitaire new-yorkais à la réussite exemplaire sombre dans la dépression et se met à écrire à la Mort, l'Amour et le Temps. Ses collègues échafaudent alors un stratagème radical pour l'obliger à affronter sa souffrance de manière inattendue…

Oyé, oyé, messieurs dames, nous sommes en 2017 et Will Smith est de retour ! 

 

L'acteur phare des années 90, qui a traversé une traversée du désert de taille tout à fait honorable ces dernières années (et qui avait tenté de faire un premier come-back avec Suicide Squad) revient ici avec le rôle touchant d'un père de famille dévasté par la mort de son enfant.

 

Et c'est à peu près tout qui mérite d'être souligné. 

 

Ouais, ça promet, hein ?

 

J'avoue avoir été très déçue par ce film choral, qui semblait prometteur dans la bande-annonce et qui finalement n'est qu'une grosse machine hollywoodienne enchaînant les stars et les stéréotypes. 

 

Helen Mirren, Edward Norton, Keira Knightley en font des tonnes (mais ce qui s'appelle vraiment des tonnes), et pour tout vous dire... j'en étais gênée pour eux. Kate Winslet au moins parvient à sauver la mise mais ce n'est clairement pas son meilleur rôle. 

 

Non, seuls Will Smith et Naomie Harris nous livrent un jeu subtil et touchant. Sur huit têtes d'affiches, la moyenne n'est donc pas bien haute. 

 

 Dans l'ordre : Je suis rebelle, je suis surprise, je suis concentré... Vive l'Actor Studio !

 

Il est dommage que le film ne se déroule quasiment que sur deux scènes différentes. D'un côté le duo Will Smith/Naomie Harris qui livre de très belles scènes, et de l'autre... tous les autres qui se vautrent dans le cliché. 

 

Le scénario, quant à lui, n'est pas abouti. Si le but était de faire une sorte de remake de La vie est belle de Frank Capra, l'objectif n'est pas atteint, loin de là. Le personnage de George Bailey dans le film de Capra était un personnage immensément malheureux, comme celui de Howard Inlet (Will Smith) mais le parallèle s'arrête là. 

 

Quand tous les amis et famille de George Bailey voulait l'aider, ceux de Howard Inlet, veulent prioritairement récupérer le contrôle de la société où ils sont tous associés. Ah ouais, c'est tout de suite moins sympa...! Alors si économiquement, la situation se justifie, niveau bons sentiments, on est quand même dans une autre sphère. 

 

Et puis mince, ce réalisateur a quand même fait Le diable s'habille en Prada ! Avouez qu'on pouvait légitimement s'attendre à autre chose !

 

Et en amoureuse des livres, des mots, j'aimais l'idée d'écrire à la Mort, l'Amour et le Temps... Je trouvais la réflexion philosophique intéressante... Mais finalement, ce fut platitude après platitude !

 

Pour conclure, le film est hollywoodien d'un bout à l'autre et vous réservera donc peu de surprises. On voit arriver à des kilomètres qui a vraiment besoin d'être secouru et personnellement, ce film a été aussi vite vu qu'oublié. 

Note : 2 / 5

 

 

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Retrouve-moi sur :

Article Au Hasard

Je publie (enfin) mon premier roman !

1/2
Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

A bientôt !

TU VEUX ME POSER

UNE QUESTION ?

RUE CAMILLE

- BLOG -

Capture It

© 2014 RUE CAMILLE

Proudly created with Wix.com

 

Bonne

visite !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now