Bienvenue chez toi, Qinaya !

3 Oct 2016

L'adoption : Qinaya - tome 1 de Zidrou et Arno Monin, Ed. Grand Angle

 

Résumé

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

 

Aujourd'hui, je vous parle d'une bande dessinée que j'ai lu dans le cadre du Prix Littéraire des Chroniqueurs Web mais la couverture m'avait déjà tapée dans l’œil, il y a plusieurs semaines, lors d'une de mes (incalculables) balades en librairie.

 

La couverture, le thème, tout cela laissait présager une lecture pleine de douceur et de tendresse. Et ce fut effectivement le cas. Donc, jusque là tout va bien. 

 

Pour être franche, je ne pourrais pas dire que je n'ai pas aimé. Ça serait une lichette un peu trop facile, en plus.

 

Non, l'histoire est belle, bien racontée, les jolis moments de la vie quotidienne se succèdent. Mais au final, le récit se déroule rapidement, sans réel anicroche, jusqu'à la fin où arrive la première "vraie" péripétie alors que nous sommes déjà aux dernières pages de l'album. Ballot. 

 

Je pense que ma déception vient surtout de cette coupure en deux tomes qui, selon moi, ne se justifie pas. Alors oui, on suscite du suspense toussa toussa... certes. Mais ce premier volet semble être principalement là pour mettre en lumière le second. 

 

J'ai trouvé ça dommage puisque j'avais été particulièrement touchée par les personnages, notamment ce grand-père bourru au cœur d'or qui craque vite sur ce petit bout venu du Pérou. 

 

Les illustrations d'Arno Monin sont très justes dès qu'elles touchent au visage des personnages, les émotions se succèdent et les dialogues deviennent souvent secondaires.

 

Pour tout ça, je lirais quand même le deuxième tome parce que j'ai bien évidemment envie de savoir comment tout cela se finit (et que je suis une grosse curieuse), mais je ne peux m'empêcher d'être un peu déçue par le contenu de cet album. 

 

Ah oui et aussi pour celles et ceux qui souhaiteraient faire lire cette BD à des enfants, je pense qu'elle convient à un public relativement mature et je ne la conseillerais pas avant 12 ans, afin d'être à même d'évaluer l'ensemble de la situation de cette famille. 

 

 

Pour finir sur une jolie note, je citerais un extrait (présent sur la 4e de couverture - ouais, je ne me suis pas vraiment foulée) : "L'amour ne se vole pas. L'amour ne s'achète pas. L'amour se mérite".

 

Voilà voilà, c'est joli, ça mange pas de pain et ça résume assez bien la philosophie de cette bande-dessinée !

Note : 2.5/5

Mes autres articles pour le Prix Littéraire des Chroniqueurs Web

 

Bande dessinée : 

California Dreamin' de Pénélope Bagieu

 

Roman contemporains : 

Les derniers jour de Rabbit Hayes d'Anna McPartlin

 

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Retrouve-moi sur :

Article Au Hasard

Je publie (enfin) mon premier roman !

1/2
Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

A bientôt !

TU VEUX ME POSER

UNE QUESTION ?

RUE CAMILLE

- BLOG -

Capture It

© 2014 RUE CAMILLE

Proudly created with Wix.com

 

Bonne

visite !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now