On prend le même et on recommence

30 Aug 2016

Jason Bourne de Paul Greengrass

 

Synopsis :

La traque de Jason Bourne par les services secrets américains se poursuit. Des îles Canaries à Londres en passant par Las Vegas...

Alors comme ça, Jason Bourne est de retour... J'ai envie de dire Youplaboom !

 

Ou pas.

 

Comme je vous l'annonçais dans mon article Mes envies cinéma pour les prochains mois, je me suis refait l'intégral des films de la licence Jason Bourne (bon sauf celui avec Jeremy Renner parce qu'en fait, on s'en fout dans l'histoire). Donc rattrapage, histoire de comprendre quelque chose à cette suite.

 

La trilogie, sortie entre 2002 et 2007, était particulièrement bien construite et est devenue au fil des années une référence du film d'espionnage. L'intrigue autour de l'identité du gentil Jason Bourne (bien qu'un tantinet soupe au lait) avait été bien amenée, pour terminer sur un cliffhanger* attendu mais pourtant réussi. J'avais donc plein d'attentes pour ce nouveau volet et surtout pas mal de craintes.

 

Pour ce nouvel opus, on retrouve donc Jason Bourne, qui a pris environ 30 kg de muscle depuis, qui s'amuse à donner des coups de poings (un poil expéditifs) à divers inconnus, histoire d'occuper ses journées. La baston, il n'y a rien de tel comme hobby. Et niveau baston, on ne peut pas dire qu'il est perdu ses réflexes, le Jason. 

 

Le problème, c'est que par contre niveau originalité, tout est un peu parti dans les biceps... 

 

Comme à chaque fois, ce mec qui n'a rien demandé à personne, vient se faire emmerder au milieu de nulle part, à croire que la CIA n'a personne d'autre à qui chercher des noises. Et d'ailleurs, pour quelqu'un soit disant retiré du business, il retrouve vite ses réflexes.

 

Donc le refrain "Non mais moi j'ai raccroché", j'ai envie de dire : MON ŒIL.

 

Bon, je n'oserais pas dire que la vie de Jason Bourne n'est pas intéressante (j'aurais peur de me prendre une mandale), mais avec trois films, on avait déjà plutôt bien fait le tour du sujet. Il aurait été plus intéressant d'explorer d'autres aspects de cet univers... 

 

Dommage, le début d'intrigue sur l'utilisation des réseaux sociaux à des fins pas très catholiques, n'amène au final rien au film (et n'a accessoirement aucun rapport avec Jason Bourne).

 

Le film reste divertissant, entendons-bien, l'action bat son plein et je ne me suis pas ennuyée. Mais je me demande encore le pourquoi cette suite. Quel but ? Hormis, celui de récupérer un tas d'argent évidement. La trilogie se suffisait à elle-même et ce nouvel opus n'amène rien, si ce n'est plus de confusion et moins d'intérêt.

 

 Je suis aussi plutôt déçue de l'interprétation de Matt Damon. Depuis quelques années, je ne l'ai pas vu dans un rôle d'envergure. Seul sur Mars, dernier en date, m'avait fait le même effet. Quand je revois Will Hunting, je ne retrouve pas la même intensité dans son jeu d'acteur d'aujourd'hui.

 

Contrairement à Alicia Vikander qui arrive plutôt bien à sortir son épingle du jeu en tant qu'agent double/triple. Bon, par contre, Tommy Lee Jones, mollo sur le botox, tu vas finir par ressembler à un alien.

 

Bref, peu d'intérêt à tout ça, si ce n'est de voir de gros pectoraux se faire emmerder une énième fois. 

Note : 2/5

 

Cliffhanger : Le « cliffhanger » ou le suspens ou l'accroche désigne, dans la terminologie des œuvres de fiction, un type de fin ouverte visant à créer un fort suspense. ...

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Retrouve-moi sur :

Article Au Hasard

Je publie (enfin) mon premier roman !

1/2
Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

A bientôt !

TU VEUX ME POSER

UNE QUESTION ?

RUE CAMILLE

- BLOG -

Capture It

© 2014 RUE CAMILLE

Proudly created with Wix.com

 

Bonne

visite !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now