Faut pas pousser...

29 Aug 2016

Mémé dans les orties d'Aurélie Valognes, Ed. Michel Lafon ou Le Livre de Poche

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie ... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

 

 

Les couvertures colorées des romans d'Aurélie Valognes m'avaient déjà fait de l’œil dans les allées de la Fnac, mais j'ai définitivement craqué lors du Salon Saint Maur en Poche. Faible créature que je suis...!

 

J'étais donc donc avec "Mémé dans les orties" entre les mains et Il ne me restait plus qu'à le lire.

 

C'est désormais chose faite. VICTORY !

 

Alors par contre, j'ai comme un petit souci avec le titre... Pourquoi "Mémé" ? Bah parce que c'est l'expression, duchnock! Oui merci, mais au vu de l'histoire "Pépé" aurait été largement plus approprié.

 

Je m'explique. Après tout, c'est Ferdinand Brun que nous suivons d'un bout à l'autre du roman. Vieil acariâtre ronchon, il est le héros de cette histoire. En fait de héros, c'est plutôt un sacré emmerdeur qui a pour pire ennemie, une autre emmerdeuse, Mme Suarez, concierge de l'immeuble. 

 

Bon, travaillant moi-même dans l'immobilier, j'ai souri à de nombreuses scènes qui concernaient cette concierge haute en couleurs. Mais secret professionnel oblige, je ne vous dirais certainement pas que c'est à peine exagéré pour certain(e)s.

 

... Oops, ça m'a complètement échappé ! Zut alors, c'est trop bête...

 

Bref, nous avons ici des personnages au caractère entier que ne pourront manquer de vous faire réagir. Que ce soit Ferdinand, le vieux bougon attendrissant, ou Juliette, la petite fille précoce, ou encore Béatrice, cette mamie bourrée d'énergie...

 

C'est un festival de sentiments, d'humour, de délicatesse... 

 

On ne s'ennuie pas pendant cette lecture courte mais pleine de petits moments regorgeant de souvenirs pour chacun de nous. 

 

Pour moi, le principal intérêt de ce livre, c'est de nous montrer qu'il faut toujours faire attention aux personnes qui évoluent autour de nous. Une personne désagréable n'est pas forcément quelqu'un de méchant ou une personne affable n'est pas forcément pleine de bonnes intentions (J'annonce que cette pensée a eu le prix de la Profondeur 2016).

 

 

 

Moi-même, j'ai l'air sympa comme ça, mais en vrai je suis une peau de vache...

 

Nan, je déconne, je suis une fille adorable #lançagedefleurs 

 

Pour conclure, Aurélie Valognes souhaitait que Ferdinand trouve une place dans mon cœur, je peux dire que c'est gagné !

 

A vous de lui faire une petite place !

Note : 4/5

 

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Retrouve-moi sur :

Article Au Hasard

Je publie (enfin) mon premier roman !

1/2
Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

A bientôt !

TU VEUX ME POSER

UNE QUESTION ?

RUE CAMILLE

- BLOG -

Capture It

© 2014 RUE CAMILLE

Proudly created with Wix.com

 

Bonne

visite !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now