top of page

La célibattante est de retour !

"Bridget Jones : Folle de lui" de Helen Fielding, Ed. Albin Michel (disponible en poche)


Que faire lorsque votre toy boy fête ses 30 ans le soir où votre meilleure amie célèbre ses 60 ans ? Est-il moralement condamnable d’aller chez le coiffeur quand vos enfants ont attrapé des poux ? Est-ce mal de tricher sur son âge sur les sites de rencontre ? Confrontée à ces graves problèmes, et à quelques autres non moins angoissants, Bridget relève courageusement le défi d’élever seule deux jeunes enfants, d’apprendre à maîtriser tweets et textos et, surtout, redécouvre sa sexualité à l’heure de – aïe ! le mot qui fâche – l’âge mûr.

 

Bridget Jones… cette bonne copine toujours prête à fêter quelque chose, du moment que ça permet de réunir alcool et moments gênants…

A défaut d’avoir lus les romans, nous avons toutes et tous au moins vu une fois la fabuleuse interprétation de Renée Zellweger dans le film culte de 2001…


Eh oui, prends toi ça dans ta face, ça fait déjà 15 ans !


Pour fêter la sortie toute récente de la bande annonce de la nouvelle production cinématographique : Bridget Jones Baby, quoi de mieux qu’un petit article pour parler du dernier ouvrage de Helen Fielding, "Bridget Jones : Mad About the Boy" (ou "Folle de lui" pour les lectrices francophones).


Attend mais la fille nous fait un article sur un roman pour nous parler de la sortie d’un film… Elle est pétée ou quoi ?? Eh bien non, cher lecteur, contrairement à Bridget Jones, mon niveau d’alcoolémie est au plus bas ! Juré craché !


L’année dernière (oui je ne suis pas franchement à jour niveau lectures/articles), j’ai donc retrouvé avec plaisir ma petite héroïne/désastre-ambulant préférée : Bridget Jones ! La seule et unique !


J’avais adoré le premier roman, apprécié le deuxième… Quant à ce troisième, je ne vous cache pas que le plaisir résidait surtout dans le bonheur de retrouver cette célibattante si attachante… cette vieille copine qui, grâce au roman mais surtout au film, a fait redécouvrir Colin Firth à toute une génération de jeunes filles qui n’avaient pas encore eu l’occasion de voir « Orgueils et Préjugés », série BBC dont je parlais dans mon article de 2012.


Petite parenthèse personnel : ça fait déjà autant de temps que ce blog existe ?…. Enfin soit dit en passant, réjouissons-nous que j’ai changé mon style parfaitement indigeste de l’époque….Ouh la vache, ça fait mal aux yeux !


Bref, quand j’ai commencé à préparer cet article, ma plus grosse interrogation était : Comment fais-je bien pouvoir me débrouiller pour vous sortir un article sans dévoiler la big révélation de ce nouveau roman… ?


Et pour être parfaitement honnête, cette révélation a grandement participé à mon avis mitigé sur ce nouveau tome… Mais sans vous dire de quoi il s’agit, c’est un peu délicat de vous l’expliquer (on voit la fille qui ne se foule pas, déjà !). Mais, détestant qu’on me dévoile un livre dont j’attends la sortie avec impatience, je vais me retenir et ne rien vous dévoiler de l’intrigue ! Le plus simple est que vous lisiez ce roman et on en reparle après, okay ? (Nan mais l’imposture de blogueuse, quoi.. !).


Nan bon allez je ne vais pas faire ma radine et vous dévoiler deux, trois petites choses…


Le format « journal intime » des précédents romans de Helen Fielding est toujours présent et cette typologie fonctionne toujours aussi bien… ça donnerait presque envie de tenir sérieusement un journal intime… (Presque !).


Petite nouveauté toutefois : Bridget a pris de la bouteille !!! N’allez pas vous imaginer qu’elle est devenue adulte et responsable (faut quand même pas déconner) mais elle a ajouté de nombreux tours à son compteur…. Nous avions quitté Bridget à la fin de sa trentaine (si mes souvenirs sont bons) et nous la retrouvons bien après ses 50 ans… même si l’auteure laisse planer quelques doutes sur son âge vénér… véritable !


Et en plus de Bridget Jones, vous retrouverez de nombreux personnages secondaires que vous aviez sûrement adorés, que ce soit dans les romans ou dans les films ! Mais chut ! J’en ai déjà trop dit !


All by myselffffff !


Pour conclure, j’aimerais partager une question existentielle avec vous : était-il nécessaire de continuer l’histoire de Bridget Jones… ?


Personnellement, même si je comprends le choix de narration de l’auteure, qui était nécessaire pour redonner un second souffle à son histoire, j’ai quand même eu beaucoup de mal à admettre cette direction… J’aurais aimé une autre conclusion à Bridget et à ses déboires amoureux…


De manière plus générale, je m’interroge sur l’utilité de vouloir faire vivre un personnage envers et contre tout, quand bien même le succès est toujours au rendez-vous… En sortant ce troisième volet, Helen Fielding s’est heurté à beaucoup de critiques, notamment dans la presse britannique.