La fin qui gâche tout !

" L'attirance des contraires" Adèle Parks, Ed. France Loisirs


Quelles sont les chances pour qu’un étranger assis à côté de vous dans un avion puisse bouleverser votre vie ? Presque aucune. Surtout quand il est votre exact opposé.

Joanna est une jeune femme optimiste qui pense trouver l’âme sœur dans chaque homme qu’elle rencontre. Dean, lui, est un vrai cynique, de douloureuses expériences lui ayant appris à ne faire confiance à personne.

Mais ce huis clos dans les airs les poussent à la confidence. Au-dessus de l’Atlantique, chacun se dévoile… Et c’est lorsqu’ils descendent de l’avions que leur véritable voyage commence…


Bon.


Rarement un livre m’a autant saoulé. Là comme ça, c’est dit.


Je m’explique.


De temps en temps (très régulièrement), j’aime bien retomber dans la lecture de romans à l’eau de rose dont on connait pertinemment la fin… J’adore ces moments où blottie dans mon canapé, je pars à la découverte de l’histoire d’amour de Machin et Trucmuche. Et avouez, mesdames, que cette 4e de couverture laissait présager de bons moments…



Et honnêtement pendant les 527 premières pages, j’ai adoré. Non mais vraiment. J’ai eu du mal à le lâcher ! On y découvre les deux protagonistes qui répondent consciencieusement à tous les clichés requis…


Elle, 35 ans mais toujours super mignonne et bien foutue, avec ce petit brin de folie qui fait tout son charme et ce malgré ses idées totalement crédules sur le Prince Charmant ! Bon bah côté clichés, je crois qu’on a tout là !


Lui, 34 ans, incroyablement beau, riche, mystérieux, intelligent, tombeur et avec évidement un gros problème de confiance à régler, mais qui au fond reste un homme adorable ! Le genre de mecs qu’on rencontre tous les jours, en somme !


Bref tout se passait bien, l’histoire se déroulait agréablement, on avait même droit à quatre points de vues différents, ce qui rendait le déroulement assez original !


Et là l’auteure nous pond un final sorti des tréfonds de son chapeau ! Un dénouement sans aucun rapport avec le ton qui a été donné pendant tout le livre. Un truc qui te plombe l’ambiance, mais quelque chose de bien… J'en suis presque venue à me dire que Billy Crystal était un génie quand il racontait qu'il lisait la dernière page des livres avant de les commencer dans Quand Harry rencontre Sally. Et pourtant j'ai toujours pensé que c'est un concept totalement idiot ! C'est vous dire !


Je suis entièrement d’accord que l’auteure est libre d’imaginer la fin qu’elle souhaite à son histoire. Mais, on écrit aussi pour les autres en général, pas uniquement pour soi. Et je ne saisis pas le concept de frustrer les gens qui prennent la peine de lire votre roman… Adèle Parks, si tu me lis (oui, il y a peu de chances mais on peut rêver) … TU MERITES DES BAFFES !


Bon je le reconnais, c’est assez difficile de vous donner une idée précise de mon sentiment sans vous révéler la dite-fin. Mais pour résumer, c’est un livre que j’aurais conseillé à toutes mes congénères féminines jusqu’à cette put… de 528ème page… ! Maintenant, c'est à vous de voir !


Articles Récents
books-925891_960_720.jpg

rejoignez - moi

contactez

MOI

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
coffee-1276778_1920.jpg

retrouveZ

Mes romans

©2020 Camille ROY - Tous droits réservés

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now