Loin des yeux, loin du cœur

31 Mar 2015

Big Eyes de Tim Burton

 

Synopsis :

BIG EYES raconte la scandaleuse histoire vraie de l’une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art. À la fin des années 50 et au début des années 60, le peintre Walter Keane a connu un succès phénoménal et révolutionné le commerce de l’art grâce à ses énigmatiques tableaux représentant des enfants malheureux aux yeux immenses. La surprenante et choquante vérité a cependant fini par éclater : ces toiles n’avaient pas été peintes par Walter mais par sa femme, Margaret. L’extraordinaire mensonge des Keane a réussi à duper le monde entier.

 

Le premier plan du film est tel qu’on s’imagine un film de Tim Burton : une banlieue des années 50, des couleurs marquantes, une ambiance sortie d’une publicité rétro. Il est donc particulièrement dommage que ce plan soit à peu près le seul ressemblant à l’univers de Tim Burton.

 

Le reste du film s'apparente simplement à un biopic qu’aurait pu réaliser n’importe quel réalisateur.

 

L’univers fantasmagorique et délirant de Tim Burton est totalement absent. Le choix de réaliser un film sur les peintures de KEANE laissait de nombreuses possibilités pour mêler les deux univers démesurés. Au final,  le résultat est plus que fade.

 

 

Même le duo d’acteurs, pourtant prometteur, que forment Amy Adams et Christopher Waltz, ne suffit pas à sauver cette intrigue. La jeune femme enchaîne mimiques et soupirs pendant que Christopher Waltz tente le tout pour le tout, en en rajoutant tout au long du film. L'alliance du drame et de la comédie, représentés par les deux protagonistes, ne prend pas. Le jeu survolté de Waltz prend souvent le pas sur celui d'Amy Adams.

 

Quant au scénario, il donne l’impression d’avoir étiré un fait divers dans le but d’en faire un film. La base de l’histoire était pourtant alléchante mais le spectateur enchaîne les scènes inutiles qui s’étirent en longueur pendant près de deux heures.

 

Le personnage central de Margaret Keane est décrite en victime naïve et faible, ayant constamment besoin d’un mentor. Ce rôle sera successivement pris par son premier mari, puis par le second et enfin par une secte bien connue.

 

(Petite parenthèse : son embrigadement dans une secte n’est, dans le film,  évidemment pas du tout remis en cause. Il s’agit, ne l’oublions pas, d’un film américain, pays où la Scientologie et Consorts sont considérées comme des religions-choupi-tout-plein.)

 

L’affiche du long-métrage, présentant les deux artistes peignant le même tableau, laissait planer un doute que le film aurait tôt fait d’enterrer.

 

Walter Keane est le méchant, l’usurpateur, celui qui mérite ce qui lui arrive. Son personnage est pour moi trop peu approfondi. Le parti-pris est d’ores et déjà acté contre lui. On ne connait rien de ses motivations profondes, ni de son parcours personnel. On passe rapidement sur ces talents de vendeur et sur sa manière visionnaire de concevoir l'art populaire. Ce choix scénaristique est-il la résultante de l’amitié liant Tim Burton à Margareth Keane ? Peut être..., mais il s’agit après tout d’un choix du réalisateur qui reste libre d’adapter cette histoire comme il le souhaite.

 

Pourtant, le film étant un biopic assumé, le spectateur pourra  regretter de ne pas en savoir plus sur l’historique de ces personnages et le parcours qui les a menés à emprunter cette voix de l’usurpation. Puisque, rappelons-le, mari et femme ont accepté cette dissimulation pendant des années...

 

 Mon plus grand regret pour ce film sera sûrement de ne pas avoir assez développé le sujet de l’émancipation féminine.  Les composantes étaient pourtant parfaitement réunies. Un personnage féminin démuni, « obligé » de se cacher derrière son mari puisqu'apparemment sa condition de femme ne lui permettait pas de vivre de son métier d’artiste. Cette thématique est trop ignorée par rapport à celui du conflit mari/femme, omniprésent et beaucoup moins original.

 

Pour conclure, l’univers de Tim Burton est sous représenté dans un monde artistique qui aurait pu lui laisser toute sa place. Quelques scènes amusantes ne rattrapent pas ce film dont le scénario, léger et sans saveurs, se laissera facilement oublier.

 

 

 

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Retrouve-moi sur :

Article Au Hasard

Je publie (enfin) mon premier roman !

1/2
Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

A bientôt !

TU VEUX ME POSER

UNE QUESTION ?

RUE CAMILLE

- BLOG -

Capture It

© 2014 RUE CAMILLE

Proudly created with Wix.com

 

Bonne

visite !